Traitements et prise en charge

L’approche

La fibromyalgie demande une approche multidisciplinaire et l’implication active de la personne atteinte. Toute personne qui désire voir ses symptômes diminuer ne pourra se contenter d’un traitement purement pharmacologique. Elle devra mobiliser ses énergies pour accepter la fibromyalgie et ses symptômes et pour effectuer des changements dans son style de vie qui puissent améliorer son état général. Elle devra donc combiner diverses stratégies ou, comme le dit une vieille expression, avoir plusieurs cordes à son arc.

L’éducation

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic de fibromyalgie, le fait de bien s’informer sur la maladie, les symptômes et les traitements existants constitue une démarche efficace et fort pertinente. Comme les choses évoluent toujours dans le domaine de la recherche sur la fibromyalgie, cette démarche peut se poursuivre en continu. Par ailleurs, une étude menée en Allemagne auprès de 1 014 personnes atteintes de fibromyalgie a démontré que le fait de joindre un groupe ou une association diminuait leur détresse psychologique et les incitait à utiliser plus régulièrement des stratégies pour mieux gérer leurs symptômes. Briser l’isolement et se joindre à d’autres personnes souffrant de fibromyalgie peut donc constituer un outil stratégique important pour améliorer la qualité de vie.

Les traitements pharmacologiques

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic de fibromyalgie, il est fort probable qu’on lui prescrive un médicament pour diminuer ses symptômes. Selon ces derniers, le médicament visera à diminuer la douleur ou la fatigue ou encore, à favoriser le sommeil.

Des médicaments les plus souvent prescrits, on retrouve le Cymbalta et le Lyrica, tous deux approuvés par Santé Canada pour le traitement de la fibromyalgie. L’ingrédient actif du Cymbalta est la duloxétine qui fait partie des médicaments sérotoninergiques et inhibiteurs sélectifs du recaptage de la noradrénaline (ISRN), aussi connue sous le vocable norépinéphrine. D’autres ISRN, qui sont en fait des antidépresseurs, peuvent aussi être mis à l’essai comme l’Effexor (ingrédient actif : venlafaxine). De son côté, le Lyrica agit via la prégabaline, un analgésique qui vise à soulager les douleurs neuropathiques.

D’autres types d’antidépresseurs peuvent aussi être prescrits à faible dose afin d’augmenter la disponibilité de certains neurotransmetteurs qui agissent au niveau des signaux de douleur. Par exemple, certaines personnes atteintes de fibromyalgie répondent bien aux inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), lesquels augmentent le taux de sérotonine. À noter que tous les antidépresseurs prescrits pour la fibromyalgie le sont à faible dose et donc, ils ne visent pas à traiter la dépression mais à diminuer les symptômes.

Parmi les autres types de médicaments employés parfois pour le traitement de la fibromyalgie, on note les relaxants musculaires, des antidépresseurs tricycliques (comme l’amitriptyline), des hypnotiques mieux connus sous le terme somnifères (comme la zopiclone), des anticonvulsivants (comme la gabapentine), des analgésiques opioïdes (comme le tramadol), certaines benzodiazépines (comme le clonazépam) et certains opioïdes (comme le fentanyl). Toutefois, les benzodiazépines et les opioïdes sont souvent évités par les médecins parce qu’ils provoquent une dépendance.

Outre ces médicaments, on peut appliquer des gels, des crèmes ou des vaporisateurs topiques directement sur la peau aux endroits où la douleur est plus intense. De plus, la chaleur est reconnue comme bienfaisante pour atténuer la douleur : coussins magiques, douches et bains chauds, entre autres, peuvent être au programme pour traiter la fibromyalgie.

Pour avoir une idée des produits naturels qui peuvent vous aider, consultez le feuillet d’information FM – La fibromyalgie, le syndrome de la douleur invisible à la page 6.

L’exercice

L’exercice physique a été démontré maintes fois comme étant efficace pour améliorer les symptômes de la fibromyalgie. Toutefois, il demeure important d’y aller graduellement et de respecter ses limites. L’essentiel, c’est de bouger et l’exercice modéré est aussi bénéfique que l’exercice intense pour soulager la douleur de la fibromyalgie. Les exercices en eau chaude sont particulièrement bénéfiques.

La gestion des capacités

Afin d’améliorer sa qualité de vie, toute personne atteinte doit apprendre à reconnaître qu’elle n’a plus les mêmes capacités et qu’elle doit donc gérer ses activités différemment. Elle devra s’ajuster au fur et à mesure qu’elle découvre quel est le bon rythme pour elle dans toutes les sphères de sa vie, que ce soit au travail, dans les tâches domestiques, dans les loisirs ou dans la vie sociale.

L’alimentation

Bien qu’il y ait plusieurs façons différentes de voir quelle alimentation privilégier lorsqu’on a la fibromyalgie, aucune étude n’a démontré qu’un régime particulier soit la solution. Bien sûr, il est primordial d’avoir de saines habitudes alimentaires. Il faut donc favoriser les aliments vivants et tenter d’éviter le sucre, le sel blanchi et les aliments transformés en général.

Certaines personnes ont vu leurs symptômes s’améliorer en évitant le gluten, mais cela est loin d’être systématique. Toutefois, c’est une voie que vous pouvez essayer.

La gestion du stress

Certains stress peuvent être évités, mais, si la vie suit son cours, plusieurs ne pourront être contournés. C’est pour cette raison que les personnes atteintes de fibromyalgie doivent développer leur capacité de relaxer et à se détendre. Plusieurs techniques existent pour développer cette force mentale et le projet de recherche de l’École de la fibromyalgie vous en propose quelques-unes.

Plusieurs approches peuvent nous permettre de diminuer votre tension comme la méditation, la visualisation et la relaxation. Vous pouvez consulter l’onglet Documentation pour de plus amples informations sur diverses approches qui peuvent aider les personnes atteintes de fibromyalgie à gérer leurs différents symptômes.

Inscription à Fibroflash